Le Vin des Alpes, la cave comptoir de Grenoble

L’hiver arrive à grands pas : à nous raclettes, fondues et tartiflettes !

Quel vin pour la raclette ?

L’idéal : allier un fruité souple – qui s’harmonise avec le gras du fromage et de la charcuterie, et de la vivacité pour la touche de fraîcheur qui apporte l’équilibre. Le débat fait rage : blanc ou rouge ? Mais pourquoi choisir ?

Le blanc : optez pour Un P’tit Coin de Paradis 2017 de Dominique Lucas, dont les vignes de chasselas sont situés dans le Bas Chablais, en face du canton de Vaud. Aromatique originale et tonique, belle finale sur un équilibre gras/acidité, il sera sans rival.

Le rouge : les irréductibles du rouge avec le fromage peuvent se réjouir, mais attention, on reste sur un profil léger en alcool et en tannins et sur un fruité résolu. La mondeuse 2014 du terroir Mataret de Thierry et Céline Tissot dans le Bugey. Adjugé !

Et pour la fondue ?

La cuvée M. Leblanc du domaine des Rutissons situé à Saint Vincent de Mercuze en Isère. La minéralité et le vivifiant de la jacquère alliés à une touche florale apportée par la pointe de galopine présente dans l’assemblage (la galopine est le nom traditionnel du viognier en Isère). Pas de rouge pour la fondue, non il y a des limites quand même.

Quoi faire avec ce reblochon ?

Une tartiflette pardi ! Il reste des tartifles ? Et des oignons ? Et des lardons ? Parfait ! La base des ingrédients est proche de la raclette mais le reblochon et la cuisson au four apportent un goût nettement plus prononcé.

C’est pourquoi, même si voter pour une princesse semble quelque peu saugrenu, je donne mes suffrages à l’altesse, qu’on appellera plus prosaïquement roussette. La cuvée L’Originel 2015 du château de Lucey conviendra parfaitement. Accord plus original mais tout aussi intéressant : le sylvaner 2017 d’Etienne Simonis en Alsace.

Vous préférez un rouge ? On peut aller vers un vin aux saveurs en bouche plus évoluées que précédemment, avec un peu de puissance mais qui garde de la franchise et du fruité. Pourquoi pas le pinot noir 2016 du même château de Lucey, où le vigneron Christophe Martin vinifie avec un savoir-faire qui se vérifie année après année ? Ou alors la sincérité terrienne de la toute nouvelle découverte du Vin des Alpes, la mondeuse 2017 du vigneron Mathieu Apffel, nouvellement installé à Saint Baldoph près de Chambéry ? La cuvée s’appelle Friand et Juteux. Je ne saurais mieux dire.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.